Patrimeph

La patrimonialisation des  éphémères imprimés – du tract au tweet, en passant par la carte postale ou l’affiche – relève d’un paradoxe, puisque ces documents circonstanciels n’étaient pas destinés à être conservés durablement. Elle a pourtant été massive et elle est  aujourd’hui reproblématisée par les outils numériques. Ni livres, ni périodiques : dans le seul champ de l’imprimé, les éphémères ont des caractéristiques et des limites qui demeurent variables et incertaines. Objets méconnus, les éphémères offrent donc aux sciences du patrimoine un cas d’étude exemplaire et problématique.

Si les éphémères entrent depuis longtemps dans les établissements patrimoniaux par des voies diverses – dépôt légal des imprimeurs et éditeurs, collectes, acquisitions de collections privées, dépôt légal du web…. –, la question de leur patrimonialisation a connu une actualité en 2015, avec la réponse spontanée donnée aux attentats par les documents rassemblés sous la formule « Je suis Charlie », constituant un corpus inter-médiatique extrêmement varié (dessins, pancartes, photos, autocollants, mais aussi tweets), que les archives de Rennes ont collecté, et que la Bibliothèque de Harvard a recueilli avec le projet des « Archives Charlie ». Il en va de même pour les attentats du 13 novembre suivant, à travers les messages du « mémorial du Bataclan » sauvegardés par les Archives de Paris. Autant de réponses patrimoniales apportées dans l’urgence à un flux inédit d’éphémères déposés, affichés, publiés, likés, tweetés, re-tweetés. La vitalité de ces modes d’information et d’expression tient sans doute à leur capacité à imbriquer producteurs et récepteurs, à faire interagir les dimensions textuelles et visuelles, les supports papier et numérique, la matérialité et la dématérialisation (par leur fragilité, leur labilité, leur rapport à l’oralité), mais aussi à jouer d’une temporalité singulière, entre leur subordination aux circonstances banales ou exceptionnelles qui les font naître, et leur permanence dans nos rituels sociaux, comme dans la construction d’une mémoire collective. Ces écrits et ces images labiles et contingents rappellent ainsi brutalement leur rôle essentiel de traces, situées à la croisée d’une histoire de l’événement et du quotidien, et appelées à changer de statuts et d’usages. L’enquête engagée est donc volontairement large, tant du point de vue de la perspective historique (XVIe-XXIe siècles) et comparatiste (dimension européenne), que de l’extension du corpus : du tract au tweet, en passant par le pamphlet, la carte postale, le prospectus, les travaux de ville, le carton d’invitation ou l’affiche…

Notre hypothèse est que la connaissance de ce patrimoine passe par la confrontation de ses manifestations historiques et de ses nouvelles formes contemporaines, ces dernières reproblématisant non seulement la question de la définition en compréhension et en extension des éphémères, mais aussi celle de leurs usages et de leurs effets, dans les espaces et les temporalités propres à l’objet, comme dans ceux de sa patrimonialisation. PatrimEph débouchera sur la mise en ligne de deux ressources indispensables à la connaissance et à la valorisation des éphémères en Europe : un répertoire des fonds français et un thesaurus, enrichis des nouvelles possibilités de traitement qu’offrent les outils informatiques aux conservateurs, aux chercheurs, aux amateurs et au public.

Patrimonialisation des éphémères (Europe, XVIe-XXIe siècle)